Hintergrund

Information pour les médias 2016

1er Forum d’Agritourisme Suisse à Riedholz (SO) : Echanges fructueux et volonté de collaboration

25.11.2016 – Avec plus de 50 participants, le 1er Forum d’Agritourisme Suisse s’est déroulé, cette semaine, au centre de formation Wallierhof à Riedholz (SO). L’objectif de l’organisateur, Agritourisme Suisse, était de mettre en réseau les différents secteurs de la filière, soit le tourisme, l’agriculture, les produits régionaux. Le matin a été consacré à des présentations de projets, au marketing et surtout au marché agritouristique. L’après-midi, 6 ateliers ont permis de faire le point sur quelques projets et de mettre concrètement en évidence non seulement les réussites mais aussi les problèmes rencontrés.

Premier orateur de la matinée, Patrick Aebi, responsable du secteur Promotion de la qualité des ventes à l’OFAG, a évoqué les  « Possibilités et limites des initiatives agritourisques ». Il s’est réjoui que  beaucoup d’acteurs s’investissent dans ce dossier tout en regrettant que le régionalisme  empêche souvent les synergies. Et l’orateur de rappeler que l’organisation faitière Agritourisme Suisse a pourtant été créée  pour faciliter ces synergies, car il est capital de regrouper toutes les offres agritouristiques suisses pour en faciliter la promotion aussi bien au niveau national qu’international « d’où la légitimité d’Agritourisme Suisse », a insisté Patrick Aebi.

La marge de développement de l’agritourisme en Suisse semble, en effet, très importante, aussi bien côté hébergements avec de multiples possibilités, qu’en ce qui concerne les activités à thème, comme l’oenotourisme. Un potentiel qui a le vent en poupe car le tourisme vert est très tendance. Les touristes sont de plus en plus tentés par des expériences originales et authentiques et gourmands de produits du terroir. Aussi, plutôt que de privilégier la concurrence, les différents prestataires doivent unir leurs forces et se mettre en réseau. Pour cela, ils ont besoin de soutien aussi bien de la part des offices de tourisme locaux que d’Agritourisme Suisse, des organismes qui sont aussi là pour les conseiller individuellement et les aider à mener à bien leur projet.

Car se lancer dans l’agritourisme n’est pas simple, comme l’a expliqué le Tessinois Sem Genini, directeur de la Chambre d’agriculture, en détaillant la législation en la matière… Mais, une fois lancés, les agriculteurs savent démontrer leur efficacité, à l’exemple de l’organisation des Journées portes ouvertes dans les fermes des Grisons qui ont accueilli 1’500 visiteurs et suscité un très bon écho médiatique. En se regroupant, les agriculteurs ont non seulement diminué les coûts de l’opération mais aussi mené une promotion commune. Ce type de réussite incite donc les organisations touristiques à collaborer de manière plus coordonnée et, du côté des instances cantonales, on préconise même un système d’entraide entre les différents cantons qui sont prêts à partager leurs idées et informations.

Un important exemple de projet de développement régional a été présenté par Micheline Aubry, conseillère Filière alimentaire & Espace rural à la Fondation Rurale Interjurassienne (FRI). S’appuyant sur un budget de 7 millions de franc grâce à des investissements individuels et collectifs et en bénéficiant de contributions pour la période 2016-2021, le projet Marguerite  met en lumière le cheval Franches-Montagnes par le biais de neuf parcours équestres.

Hébergements, produits du terroir notamment grâce à de la vente directe, visites d’élevages ou encore cours d’équitation mettent en lumière les beautés, le savoir-faire et les spécialités jurassiennes. Six familles, réunies en association, sont porteurs de projet et bénéficient, en outre, du soutien de l’Office du tourisme Jura & Trois Lacs, de l’Aide suisse aux montagnards pour les parcours équestres, et d’un ambassadeur de choix, le champion olympique Steve Guerdat !

Lors des ateliers de l’après-midi, les participants ont travaillé sur de nombreux thèmes particuliers, dont la politique agritouristique et l’aménagement du territoire, le label qualité, la coopération entre le tourisme et l’agriculture… Le Forum a aussi réfléchi au développement des services d’Agritourisme Suisse.

Après avoir remercié chaleureusement les nombreux intervenants pour leur engagement, Andreas Allenspach, directeur d’Agritourisme Suisse, a annoncé qu’au vu du succès rencontré lors de cette 1ère édition, un nouveau forum aura lieu en novembre 2017.

Contact:

Agritourisme Suisse, Andreas Allenspach, Directeur, Brunnmattstr. 21, 3007 Bern
Tél.: 031 359 50 30 E-Mail: andreas.allenspach(at)remove-this.agrotourismus.ch

Deux nouveaux catalogues pour la saison 2017 - Retour à la nature grâce aux vacances à la campagne !

22.11.2016 – L’agritourisme et les parcs naturels seront au cœur de la prochaine campagne Suisse Tourisme 2017-2018 placée sous le thème « Back to nature ». Cette campagne sera orientée vers un tourisme plus durable et qui prend en compte le besoin des voyageurs de se rapprocher de la nature et de déguster des produits régionaux. Afin d’aider les visiteurs à trouver leur ferme idéale, Agritourisme Suisse a édité deux nouveaux catalogues pour la saison 2017 en répertoriant plusieurs centaines d’offres d’hébergements partout en Suisse, y compris dans les parcs nationaux. L’organisation faîtière souhaite transmettre, par le biais de nombreuses photos, les émotions ressenties lors de vacances à la campagne.

Les deux catalogues 2017 «Vacances à la ferme en Suisse», publiés par Agritourisme Suisse, offrent près de 400 propositions de séjours de qualité en milieu rural. Les hébergements sélectionnés sont aménagés pour passer des vacances idéales aussi bien en famille, en groupe, ou à deux et il y en a pour tous les goûts ! En effet, l’organisation faîtière en matière de tourisme rural répertorie aussi bien de confortables appartements ou maisons de vacances, que des chambres d’hôtes, dortoirs, gîtes, tipis, nuitées sur la paille, cabanes d’alpage, bivouacs dans les arbres et campings.

Le premier catalogue présente de nombreux appartements de vacances dans des fermes ou des maisons rurales, réservables par le biais du portail en ligne e-domizil. Le second propose un grand nombre de destinations à la ferme, réservables directement auprès des prestataires, dont près d’une centaine en Suisse romande. Nouveautés, les hébergements de groupes peuvent être réservés par le biais du site www.gruppenhaus.ch et les vacanciers peuvent régler à l’aide des superpoints Coop les offres et services proposés par certaines fermes. Une belle occasion d’aller à la rencontre des familles paysannes; de côtoyer les animaux de la ferme; de s’immerger dans la nature en partant à l’aventure sur des chemins de randonnée; de faire de l’équitation; de découvrir les curiosités locales; de prendre son bain dans du petit lait ou encore de déguster une riche palette de produits et recettes du terroir accompagnés d’un vin de la région, d’un jus de pomme ou d’un sirop «maison»! De nombreuses fermes proposent par ailleurs des services diversifiés, notamment au niveau de la restauration, à l’intention de groupes, lors de séminaires ou d’événements ponctuels.

Miser sur la qualité

Pour Agritourisme Suisse, il est primordial que les hôtes suisses et étrangers bénéficient d’un accueil de qualité. Figurent donc dans ces deux catalogues uniquement les prestataires au bénéfice d’un des deux labels certifiés par l’organisation faîtière. Le premier, symbolisé par une tête de vache, concerne les exploitations agricoles et les domaines viticoles. Le second, représenté par une fleur, est attribué aux offres en milieu rural sans activité agricole.

Actualisés chaque année, les catalogues peuvent être consultés directement en ligne et/ou commandés auprès d’Agritourisme Suisse : www.agrotourismus.ch/fr/service/brochures/. Ils sont en outre diffusés par les partenaires de l’organisation, comme Suisse Tourisme, ainsi que sur les foires.

Des prestataires célèbres !

En novembre dernier, plusieurs événements ont mis en lumière l’agritourisme. Pour la première fois le camp de formation des candidates suisses à l’élection de Miss Earth a eu lieu sur une exploitation agricole, soit celle de la famille Neuenschwander à Rickenbach/LU www.bauer-fritz.ch. Les candidates ont ainsi eu un aperçu de la vie à la ferme et ont été sensibilisées aux thèmes liés à l’agriculture car la lauréate de ce concours de beauté aura pour mission de s’engager en faveur des questions environnementales et sociales. Autre événement, le prix du public de l’agroPrix 2016 a été décerné au projet « Agrotourisme en région excentrée: un puzzle aux multiples pièces » de Luciano et Agnese Berta, à Braggio/GR, www.braggiotourismus.ch. Enfin, Sonja Schilt d’Iseltwald/BE, www.schiltenhof.ch, a gagné le concours de cuisine des femmes paysannes lors de l’émission «bi de Lüt» diffusée sur SRF, alors que, plus tôt dans l’année, Michel Bessard de Cremin/VD avait brillamment participé à l’émission de la RTS « Cuisine de chez nous » en juillet dernier.

AGIR

Renseignements : Antenne romande d’Agritourisme Suisse: p/a Agence AGIR, tél. 021 613 11 35, antenne(at)remove-this.agritourisme.ch   

Miss Earth – sélection Suisse

Du 13 au 22 novembre prochain, la famille Neuenschwander à Rickenbach (ZH) www.bauer-fritz.ch accueillera, pour la première fois dans une ferme agritouristique, le camp de formation des candidates suisses à l’élection de Miss Earth. Ces dernières auront ainsi un aperçu de la vie d’une exploitation (travail à la ferme et produits du terroir) et seront sensibilisées aux thèmes liés à l’agriculture. Agritourisme Suisse soutient ce camp et souhaite plein succès à chacune d’entre elles. Notons que la lauréate de ce concours de beauté s’engage en faveur des questions environnementales et sociales.

A la découverte des fermes et domaines agritouristiques romands - Etape 2: La maison du Faubourg de la famille Bonny à Chevroux

14.07.2016 - A La maison du Faubourg à Chevroux (VD), les vacanciers et voyageurs de passage peuvent dormir sur la paille, profiter du jardin, avec des jeux pour enfants, ainsi que d’une généreuse table d’hôtes garnie de produits de saison et de spécialités locales. Tenu par Fabienne et Jean-Luc Bonny, ce magnifique lieu propice à la balade et aux activités lacustres est situé en bordure de la Grande Cariçaie sur les rives du lac de Neuchâtel. Le couple propose également le gîte et le couvert aux cavaliers et randonneurs accompagnés de leurs chevaux, poneys, ânes où mulets. Les chiens bien élevés sont aussi les bienvenus dans cette ferme qui respire le bonheur de vivre et la liberté. Ils seront d’ailleurs accueillis par la chienne de la maison, Yuna.

Qui n’a jamais rêvé de s’endormir sur la paille dans une grange propre et accueillante en écoutant les chevaux mâchonner tranquillement leur foin à l’étage inférieur, et de se réveiller au chant du coq en se délectant des senteurs de la campagne? Si l’aventure vous tente, mettez le cap sur Chevroux (VD), chez Fabienne et Jean-Luc Bonny! Le couple a aménagé un sympathique dortoir de vingt places dans un ancien hangar à tabac en bois, tout à côté de la ferme. L’exploitation agricole étant située sur les rives du lac de Neuchâtel, à deux pas de la plage et du port, la maîtresse des lieux, qui adore s’adonner à la décoration, a eu l’idée de faire un clin d’œil aux cabines de plage en peignant en bleu et blanc une des parois de l’espace de repos ainsi que les maisonnettes réservées aux commodités et à la douche. Une petite touche personnelle et chaleureuse, toute en finesse, contribuant à forger l’image de La maison du Faubourg.

Rénovée en 2007, la ferme héberge depuis 2014 un refuge pour chevaux, ânes et poneys retraités ou maltraités. Parfaitement aménagé, ce petit palace est un relai bienvenu pour les voyageurs à quatre pattes qui y trouveront une écurie lumineuse et aérée, de grands parcs et un foin de première qualité cultivé sur l’exploitation.

Chacun ses compétences!

Fabienne et Jean-Luc Bonny sont à la tête d’une exploitation familiale de 18 hectares. «La ferme appartenait à mon père. A l’époque, outre les grandes cultures, nous avions des vaches laitières dont je me suis séparé car nous n’avions pas les moyens de remettre l’étable et la salle de traite aux normes. Nous nous sommes donc retrouvés avec des stabulations vides que nous avons transformées pour les chevaux retraités», raconte Jean-Luc. Aujourd’hui, parallèlement à son emploi de meunier à Agroscope/Posieux, il exploite 10 ha de grandes cultures en mode extenso (blé, colza HOLL, soja, orge et prairie) et loue les 8 ha restants.

Fabienne travaillait dans les milieux de la construction. Jeune maman désireuse d’être plus présente pour Elsa, leur fille de cinq ans, elle développe le projet d’accueil à la ferme tout en s’occupant des chevaux. «Avec mon mari, nous avons mis en commun nos compétences. Je fréquente les chevaux depuis l’âge de trois ans car j’étais toujours avec mon grand-papa qui s’occupait des chevaux d’une voisine. Dans notre écurie, j’ai aujourd’hui le plaisir d’avoir encore ma jument de 25 ans, née chez moi, qui m’apporte énormément. Mise à part cela, j’aime beaucoup cuisiner. Pour conserver mon équilibre, j’ai aussi besoin de la nature, des animaux et de marcher.»

Produits de saison et spécialités locales

Outre les nuitées sur la paille et un petit déjeuner «maison» bien garni, les hôtes ont la possibilité de séjourner en demi-pension à la ferme. Sur demande, la maîtresse de maison prépare aussi un panier pique-nique. «Je cuisine les produits de saison et sers des spécialités régionales. Le Gruyère AOP et le Bon Vaudois, un fromage à pâte mi-dure fabriqué avec du lait de vaches nourries sans ensilage, viennent par exemple de la fromagerie de Grandcour, tandis qu’un éleveur de la région, Sylvain Thévoz, nous livre les salamis et gendarmes qu’il fabrique lui-même. Je m’approvisionne aussi en viande suisse à la boucherie charcuterie Weber à Payerne. Notre jardin nous permet d’avoir des légumes frais. C’est ma belle-maman qui s’en occupe; de même qu’elle fait d’excellents sirops à la menthe ou aux fleurs de sureau! Les fruits viennent aussi de la région et nous produisons nos kiwis et melons. Et comme nous sommes sur les rives du lac de Neuchâtel, j’apprête des poissons d’ici, comme la bondelle et la palée.»

Des souvenirs plein la tête!

«Nous avons choisi l’agritourisme pour diversifier nos activités mais aussi parce nous avions envie de vivre de belles rencontres tout en partageant notre univers et la passion de notre métier avec des gens de passage», souligne Jean-Luc. Et, à entendre Fabienne, le jeune couple a déjà des souvenirs plein la tête… «J’ai en mémoire un jeune qui a séjourné quelques jours chez nous avec son cheval. Il venait de Cologne et allait à Rome… Tout à pied, car jamais il ne montait! Alors qu’il dormait sur un banc, je lui ai proposé une écurie pour son compagnon de route et le gîte pour lui. Il a partagé notre table plusieurs jours avant de reprendre son périple… Je me rappelle aussi de deux voyageurs, dont l’un avait un âne. Ils venaient d’Ardèche et allaient à Zurich.» Fabienne évoque aussi un groupe de dix personnes accompagné de six ânes qui a pris contact l’année dernière pour passer deux nuits chez elle. «Lorsque nous les avons accueillis, tous les aménagements actuels n’étaient pas encore en place. Nous avons donc improvisé des lits sur la paille et mis à leur disposition nos propres sanitaires. Ils ont été si contents que cela nous a confortés dans notre idée de développer un projet d’accueil sur la paille. Ils nous ont d’ailleurs vivement encouragés à le faire!»

L’aventure continue…

Fabienne et Jean-Luc Bonny ne manquent pas d’idées pour entreprendre et il y a plusieurs choses qui vont se mettre en place: «J’ai par exemple envie de planter de la vigne, de vinifier à l’ancienne et de mettre notre propre production sur notre table d’hôtes», explique Jean-Luc. Quant à Fabienne, elle projette d’enrichir et de diversifier l’accueil à la ferme en installant sur le domaine deux tipis confortables. Mais la priorité du couple, c’est de conserver et peaufiner ce qui fait le charme de La maison du Faubourg: sa dimension humaine, la simplicité, le partage, l’amour des animaux et de la nature et le plaisir de déguster des spécialités locales.

AGIR

www.maisondufaubourg.com

nach oben

A la découverte des fermes et domaines agritouristiques romands - Etape 1 : La Ferme enchantée de la famille Duez-Pittet à Russin (GE)

Vacances, détente et bonne table au cœur de la campagne

27.05.2016 - La famille Pittet exploite depuis trois générations un domaine agricole et viticole au cœur de la campagne genevoise, dans le village de Russin. Dans les années 80, elle se lance  dans l’agritourisme et, comme l’explique Laurence Duez-Pittet, ses parents ont été les premiers dans le canton à proposer des chambres d’hôtes. Depuis, l’accueil à la Ferme enchantée a été diversifié avec l’organisation d’anniversaires pour les enfants, de mariages et banquets ou encore de séminaires.

A la Ferme enchantée, les propriétaires sont dynamiques et très à l’écoute de leurs hôtes ! Comme le souligne Laurence Duez, «Nos offres sont modulables et nous travaillons en fonction de ce que les gens désirent». Et celle-ci d’ajouter que d’accueillir des hôtes, «c’est une belle l’occasion de promouvoir les produits du domaine, en particulier nos vins, et de mettre en valeur la richesse de notre campagne hélas encore méconnue du grand public. Beaucoup de personnes qui font escale chez nous découvrent avec étonnement et plaisir que notre canton ne se limite pas à la seule ville de Genève.»

Un peu d’histoire…

Lorsqu’il s’agit de retracer le parcours du domaine de Russin, Laurence Duez-Pittet aime partager son enthousiasme sur cette histoire de famille : «Exploitants agricoles, mes grands-parents et parents ont fait de la ferme quelque chose de magnifique. Mon grand-père, le premier à s’être installé à Russin, élevait du bétail, cultivait des céréales et avait quelques arbres fruitiers et un peu de vigne. Lorsque mon père a pris sa succession, il a conservé les grandes cultures, les pommiers et a beaucoup développé la vigne. A sa retraite en 2000, il a mis une partie de nos terres en location mais nous travaillons ensemble 32 ares de vigne et je suis actuellement en pleine transition de reprise des activités agricoles. Mes parents se sont lancés dans l’agritourisme pour diversifier leurs activités. Précurseurs dans le canton de Genève, ils ont ouvert leurs chambres d’hôtes dans les années 80. Laborantine en biologie médicale, j’avais envie de changer de vie et comme ma maman voulait gentiment lever le pied, j’ai repris l’accueil à la ferme».

En 2008, Laurence fait sa patente de cafetier restaurateur et suit diverses autres formations. Avec son mari Jean-Jacques Duez, elle entreprend alors de diversifier les activités en développant, par exemple, les anniversaires d’enfants avec animations tels que château gonflable, promenades à poneys, et ateliers thématiques comme la fabrication du pain et des tresses ou les arrangements floraux. Dans sa ferme, le couple organise aussi des mariages, apéritifs et réceptions d’entreprises ainsi que des séminaires et propose les vins et les fruits du domaine à la vente directe.

Entre cour et jardin

A Russin, tout est mis en œuvre pour que les invités profitent au maximum de l’endroit, de la richesse de la campagne environnante et naturellement des produits du terroir. Les copieux petits déjeuners comportent des fromages des producteurs de la région, alors que les confitures, pains, tresses, tartes, cakes et jus de pomme sont faits maison.

Les réceptions, animations et anniversaires se déroulent dans l’ancienne étable de la ferme reconvertie en espace d’accueil, dans laquelle on accède par la cour. Si le soleil est au rendez-vous, les hôtes peuvent séjourner au jardin dominé par un séquoia deux fois centenaire et se détendre sur la magnifique terrasse en balcon au-dessus des vignes, avec pour toile de fond le Jura, le Petit Salève, l’enclave française Fort l’Ecluse et le Salève.

La campagne genevoise, une vraie découverte!

«Venant de tous horizons, les hôtes de la Ferme enchantée arrivent chez nous par le biais du bouche à oreille ou en passant par des sites et guides recensant les adresses agritouristiques. Nous sommes membres d’Agritourisme Suisse et figurons depuis plusieurs années déjà dans le Guide du Routard. Les personnes et groupes que nous recevons sont à la recherche de valeurs authentiques et simples pour se détendre, se retrouver en famille ou entre amis ou pour travailler dans un endroit calme et chaleureux, proche de la nature. D’ailleurs, ils sont souvent étonnés car ils n’imaginent pas que la campagne genevoise est si riche, même si l’Office de Promotion des Produits Agricoles de Genève fait un énorme travail de sensibilisation dans ce sens-là», constate Laurence.

Afin de satisfaire la curiosité de ses hôtes, elle n’hésite pas de son côté à leur donner un maximum de renseignements. Elle est en contact avec les mairies, les restaurants, les producteurs, les responsables culturels et touristiques environnants qui l’informent régulièrement sur les fêtes, marchés, balades viticoles, itinéraires de découverte à effectuer à vélo ou à pied, manifestations et  événements organisés dans la région.

Développer l’agritourisme

«Aujourd’hui, sur le canton de Genève, nous ne sommes que cinq à pratiquer l’agritourisme, ce qui est dommage car il y a de la demande. Nous nous sommes en effet rendu compte que si c’est complet sur Genève, les gens qui choisissent de séjourner à la ferme préfèrent partir sur Vaud plutôt que de descendre à l’hôtel. Il en résulte une perte économique aussi bien pour les agriculteurs que pour le canton. En 2010, j’ai repris la présidence d’AgriAccueil qui dépend d’AgriGenève. Dans ce cadre, nous menons un travail de promotion auprès de nos autorités politiques pour leur montrer l’importance de développer le marché des chambres d’hôtes sur le canton et pour les inciter à faciliter les démarches administratives de ceux qui veulent se lancer.

La patente des cafetiers restaurateurs n’étant pas du tout adaptée à notre activité agritouristique, nous aimerions aussi mettre sur pied une formation spécifique, actuellement inexistante sur Genève, par exemple en valorisant le brevet fédéral de paysanne pour tous ce qui concerne les activités liées à l’accueil à la ferme. Pour cela, nous nous basons énormément sur ce qui se fait déjà sur Vaud et en Valais.»

Passion et mission

Laurence Duez-Pittet aiment à souligner que le secret de la réussite en agritourisme repose avant tout sur la qualité de l’accueil et l’attachement que l’on porte à sa terre: «Il faut aimer recevoir les gens chez soi, les inviter à sa table, partager avec eux la passion du métier et leur consacrer du temps. Sinon on passe à côté de notre mission».

AGIR

www.lafermeenchantee.ch

Assemblée générale d’Agritourisme Suisse à Sissach : Nouveau directeur et nouveau comité!

27.04.2016 - La 6e assemblée d’Agritourisme Suisse, qui a eu lieu récemment à Sissach (BL), a été l’occasion pour le nouveau directeur de présenter sa vision du développement de l’association. Mais, auparavant, Andreas Allenspach est revenu sur les activités 2015 et le président a procédé à un grand renouvellement du comité. Aussi, pour donner une certaine continuité dans les organes, il a été décidé que la présidence sera encore assurée par Roland Lymann.

Une bonne quarantaine de membres d’Agritourisme Suisse et une vingtaine d’invités ont fait le voyage de Sissach pour participer à l’assemblée générale. Suite au départ du directeur à fin 2015, Andreas Allenspach a pris la relève dans des conditions assez difficiles. En effet, pour des raisons budgétaires, les tâches du secrétariat ont été réparties entre les différentes antennes régionales. Ce qui n’a pas empêché le nouveau directeur de démontrer sa motivation pour renforcer l’association et ses nombreuses activités.

Renouveau au comité

C’est dans ce cadre que de nombreux changements ont été décidés au sein du comité avec le départ de quatre membres et l’arrivée de six nouveaux, tous prestataires. Ce soutien de la base donnera une bonne assise aux décisions futures. A noter que, dans ce comité renforcé qui passe de sept membres à neuf, il y a deux Romandes: la vice-présidente Malvine Moulin de Vollèges et Laurence Cretegny de Bussy-Chardonney nouvellement élue.

Stabilisation en 2015 – Consolidation en 2016

Concernant le rapport d’activité 2015, la stabilisation financière a été en première ligne mais les soutiens du Seco et de l’OFAG ont été renouvelés. Du côté des activités, le marketing s’est  poursuivi avec Suisse Tourisme, Suisse Mobile et le Club Hello Family de Coop, de même que les partenariats avec les plates-formes de réservation e-domizil et gruppenhaus.ch. Quant à 2016, la consolidation se poursuit avec entre autres, un business plan sur plusieurs années et des contrats avec les trois antennes régionales. En outre, un règlement de fonctionnement du comité a été élaboré.

Une marge de développement

Actuellement au nombre de quelque 330 prestataires, Agritourisme Suisse peut se targuer de présenter une offre de vacances à la campagne ou à la ferme attractive. Considéré comme un produit de niche pendant longtemps, l’agritourisme a une marge de développement considérable, surtout quand une association peut assurer la qualité. Andreas Allenspach est donc confiant non seulement sur l’essor de l’association qu’il dirige mais également sur son bon fonctionnement.

 

AGIR

Un nouveau directeur pour Agritourisme Suisse

13.01.2016 - Le comité d’Agritourisme Suisse a désigné Andreas Allenspach, expert en tourisme diplômé, comme nouveau directeur. Plus de trente candidats, le plus souvent très qualifiés, avaient auparavant répondu à cette mise au concours.

Après sa formation chez Swissair, Andreas Allenspach, originaire de Saint-Gall, a travaillé au sein de plusieurs organisations de tourisme en Suisse orientale et en Valais. Il a dirigé ensuite pendant 13 ans l’association faîtière Culinarium, très active dans la promotion de produits et plats régionaux en Suisse orientale. « Je suis impatient de relever ce nouveau défi professionnel, car je peux apporter à la fois mon expérience du tourisme et de l’agriculture. L’agritourisme est pour moi une formule de vacances très attractive, que je connais personnellement très bien, et qui allie à la fois détente, plaisir, rencontres et la nature à l’état pur. Un autre aspect positif est que les formalités de réservation sont faciles et que les exploitations bénéficient d’un label de qualité ».

Agritourisme Suisse, fondée en 2010, est l’association faîtière pour les offres de tourisme rural en Suisse. L’engagement du nouveau directeur vise à promouvoir l’organisation faîtière et à renforcer son rôle d’interface. Le but étant d’occuper une position de leader, au niveau national, non seulement en ce qui concerne les offres d’hébergement, de la restauration et de l’organisation de manifestations, mais aussi dans le secteur de la vente directe sur les fermes. L’efficience de l’association se trouvera en outre renforcée grâce à la collaboration et la mise en réseau avec des initiatives agritouristiques régionales.

Parmi les objectifs stratégiques de l’association figurent également le développement de prestations novatrices, l’assurance qualité, l’élargissement des prestations pour les membres ainsi que l’amélioration des conditions-cadre politiques dans le domaine de l’agritourisme. La collaboration avec des sponsors et l’intensification des partenariats permettront d’accéder à de nouveaux marchés et canaux de distribution, ce qui aura pour conséquence une augmentation du chiffre d’affaires des membres prestataires. Andreas Allenspach a débuté ses nouvelles fonctions à Berne, début janvier.

Contact pour les médias:

Agritourisme Suisse, Andreas Allenspach, Directeur, Brunnmattstr. 21, 3007 Bern
Tél.: 031 359 50 30 E-Mail: andreas.allenspach@agrotourismus.ch

 

nach oben

Neuer Geschäftsführer für Agrotourismus Schweiz

13.01.2016 - Der Vorstand von Agrotourismus Schweiz wählte den diplomierten Tourismusexperten Andreas Allenspach zu ihrem neuen Geschäftsführer. Ziel ist, den Bekanntheitsgrad der Dachorganisation im In- und Ausland zu fördern sowie die Dienstleistungen und Marketingaktivitäten für die rund 350 Mitglieder auszubauen. Dank der Vernetzung mit regionalen Projektinitiativen sowie Partnerschaften mit Vertriebsorganisationen soll die Anzahl buchbarer Betriebe sowie den Umsatz im Übernachtungs-, Gastro- und Eventbereich auf den Bauernhöfen gesteigert werden.

Andreas Allenspach stammt aus St.Gallen und hat eine Ausbildung bei der Swissair gemacht. Er arbeitete für diverse Tourismusorganisationen in der Ostschweiz und im Wallis. Während 13 Jahren leitete er den Trägerverein Culinarium, welcher sich für den Absatz regionaler Produkte und Gerichte in der Ostschweiz einsetzte. „Ich freue mich sehr auf diese neue berufliche Herausforderung, kann ich sowohl meine Erfahrungen aus dem Tourismus als auch aus der Landwirtschaft einbringen. Agrotourismus ist für mich eine äusserst attraktive Form von  Urlaub, welche ich aus eigener Erfahrung bestens kenne. Erholung, Genuss, Begegnung und Natur pur. Ein weiterer Pluspunkt für mich sind, dass die Angebote einfach buchbar und die Betriebe mit einem Qualitätsgütesiegel versehen sind“. Allenspach beginnt seine Tätigkeit im Januar in Bern.

Agrotourismus Schweiz wurde 2010 gegründet und ist die nationale Dachorganisation für agrotouristische Angebote in der Schweiz. Im Zentrum der Aktivitäten steht die Vermarktung von Übernachtungsmöglichkeiten, Veranstaltungen und Gästebewirtung auf Bauernhöfen, welche über die elektronische Buchungsportal holiday.agrotourismus.ch gebucht werden können.

Kontakt für Medien:

Agrotourismus Schweiz. Andreas Allenspach, Geschäftsführer. Brunnmattstr. 21, 3007 Bern
Tel.: 031 359 50 30 E-Mail: andreas.allenspach@agrotourismus.ch